Siamlife

Siamlife

JAPON: FUKUSHIMA où en sommes nous ?

 

Qu'est ce qui se passe en ce moment au Japon ?



Le 20 Aout 2014: la situation au Japon continue d'inquieter... Tepco a reconnu cette semaine que le déversement des eaux extrêmement radioactives de la dérivation n'ont pas fait diminuer le volume d'eau qui s'écoule dans les bâtiments.
D'après les propres rapports de Tepco, il y a maintenant deux mois qu'ils ont commencé à déverser les eaux pompées mais le niveau des eaux souterraines n'est descendu que de 10 cm.
Ils estimaient que ça aurait du diminuer de 100 tonnes par jours le volume des eaux extrêmement radioactives inondant les bâtiments de la centrale !
Tepco affirme qu'ils n'ont toujours pas estimé de combien ça a fait diminuer, ce qui ressemble à vouloir gagner du temps.
Ce projet de dérivation est l'une des 3 solutions pour résoudre le problème des eaux extrêmement radioactives, avec le mur d'eau congelée et ALPS.
ALPS n'a jamais marché à fond depuis l'an dernier.
Tepco continue ses tentatives désespérées pour forcer la congélation jetant de la glace à la pelle.


Il devient évident que ni Tepco, ni le gouvernement japonais n'ont réellement de solution efficace pour arrêter les eaux extrêmement radioactives.
Le projet de dérivation pourrait ne se résumer qu'en une dissémination de la radioactivité dans le Pacifique sans réduire quoi que ce soit


Le 25 Aout 2014, des Japonais ont informés les organisations anti-nucléaires que

des tomates en provenance de Fukushima étaient vendus dans les supermarchés de Tokyo à 50% de leur prix  !(100 Y au lieu des 200 Y habituels);Mais le pire, c'est que seulement deux packs de tomates (vendues par 4) étaient restes sur l'étagère à la fin de la journée...

En 2014, 5 milliards de Bq de strontium 90 s’écoulent quotidiennement dans le Pacifique (selon les aveux même de TEPCO !), ceci en grande partie du au débordement des eaux extrêmement radioactives du côté mer des réacteurs 1 à 4 dans le port de la centrale nucléaire de Fukushima.
Ils ont aussi annoncé que 2 milliards de Bq de césium 137 et un milliard de Bq de tritium s’écoulent également en mer tous les jours.


Le 7 Septembre 2014 , la commune d'Ushiku (préfecture d'Ibaraki) annonce qu'après des examens faits entre le 1° Novembre 2013 et le 31 juillet 2014, 21 enfants de moins de 18 ans  ont été répertoriés en A2 et 5 en B sur les 39 examinés pour leur thyroïde.
A2 correspond à des petits nodules thyroïdiens (â�¦ 5 mm) ou des petits kystes (â�¦ 20 mm).
B correspond à des tailles supérieure de nodules (â�§ 5,1 mm) ou de kystes (â�§ 20,1 mm).


Le 8 septembre 2014, Jiji un grand média japonais, a rapporté que 2.000 milliards de Bq de Sr-90 et de Cs-137 avait été déversés dans l'océan Pacifique en seulement 10 mois tous les jours 5 milliards de Bq de strontium 90 se déversent dans l'océan et 15 milliards de Bq de tritium s'écoulent dans le Pacifique...
En réponse, Tepco a publié un communiqué le même jour pour déclarer qu'ils ont réussi à réduire le niveau de la contamination en renforçant les sols, affirmant que la radioactivité en sr 90 est réduite à son tiers et que celle du Cs 137 à sont 10°.
Cela signifie qu'il y a eu des déversements pour 10.500 milliards de Bq dans le Pacifique au cours des 10 derniers mois, ce qui ne réfute pas les informations données par Jiji.

 

Le 28 Octobre 2014: TEPCO annonce avoir mal manœuvré la grue du vaporisateur du produit collant des poussières (en raison dune forte rafale de vent) et créé une brèche excessivement large dans le toit du réacteur 1; Le trou fait 2 × 1 m au lieu de 30 x 30 cm.
Cette couverture doit empêcher les particules radioactives de se disperser dans l’atmosphère. Tepco déclare que la radioactivité environnante n’a néanmoins pas augmenté.


Le 30 Octobre 2014  Lors de la conférence de presse du 29 octobre 2014, TEPCO annonce qu’ils vont abandonner les déversements en mer des eaux radioactives pompées dans les “sous-drains” après avoir revu leur plan de traitement des eaux retenues sur l’hypothèse qu’ils ne pourront pas utiliser les “sous-drains”.
Tepco avait limité les parties concernées aux seuls membres de l’industrie locale de la pêche à l’exclusion de tous les autres habitants en pensant ainsi obtenir un accord plus facile (ils prévoyaient de commencer les déversement en novembre).
Néanmoins, relevant l’augmentation continue d’une radioactivité énorme,  les pêcheries locales n’ont pas donné leur accord à Tepco pour ces déversements.
Le 30 octobre dernier TEPCO annonçait qu’ils entendaient repousser le retrait des combustibles fondus du réacteur 1 jusqu’en 2025, soit 5 ans plus tard que prévu !
Ni la localisation, ni l’état des combustibles fondus ne sont établis; TEPCO affirme toujours que le démantèlement complet sera terminé d’ici 30 à 40 ans.. même si les experts pensent que le démantèlement total pourra prendre plus d’un siècle.

 

Le 4 Novembre 2014 on apprends qu'hier de nombreuses sardines ont été drossées sur la côte Pacifique de la région d’Hokkaido (du côté de Mukawa Cho) après qu'un pêcheur les a découvertes ce jour-là vers 6h00... les cadavres de sardines faisaient entre 15 et 20 cm de long, adultes poru la plupart et elles tapissaient le rivage sur 4 km de long ! (le pêcheur local affirme qu’il pêche là depuis 60 ans et qu’il n’avait jamais vu un truc pareil).

 

Pour sa part, la station de recherche des pêcheries d’Hokkaido déclare que c’est peut-être du à l’orage de la veille mais la raison exacte n’est pas établie, alors que d'un autre côté, les habitants ont déclaré sur Twitter que ce genre d’orage était tout sauf rare et qu’il y en avait assez souvent.

 

Le 22 Novembre 2014: Un nouveau séïsme de magnitude 6,8 a frappé au nord de la préfecture de Nagano à 22h08 et 30 minutes plus tard, une réplique de magnitude 5 s'est à nouveau faite ressentir alors que l'on dénombrait une vingtaine de blessés et plus de 1.600 maisons détruites alors qu'une partie du trafic ferroviaire à lui aussi été arrêté.

De nombreuses habitations ont été détruites dans le village de  Hakuba où on pouvait compter également 2 autres blessés.
Le lendemain, 23 novembre 2014 à 19h13, 50 séismes ont été relevés dans la même région, tous sont considérés comme étant des répliques.

TEPCO qui possède une une centrale non loin de là (mais les 7 réacteurs qui la composent sont actuellement à l'arrêt) a tenu à déclarer que rien d'anormal n'avait été relevé...

 

 

Le 26 Novembre 2014: La radioactivité du  strontium 90 a été multipliée par 3 dans les eaux souterraines puisque le releve note 490 millions de Bq/m³ côté mer du réacteur 2 - Selon TEPCO, la radioactivité du strontium 90 s’est multipliée d’un facteur de 3 environ depuis le mois dernier, alors que la précédente mesure du 4 aout n'était que de 170.000 000 de Bq/m³...
TEPCO ne présente la radioactivité du Sr 90 des eaux souterraines qu’une fois par mois, il est donc impossible de suivre la progression précise.

Le 30 Novembre 2014: Bien entendu, la situation le plus grave est bel et bien celle des personnes et en particulier des enfants les plus jeunes qui sont (ou vont ..) naître sur une terre désormais "radioactive"... pourtant, comment ne pas oublier que milliers d’animaux sont eux aussi touchés par la bêtise humaine ?  comment oublier que la catastrophe de  Fukushima a définitivement endommagé leur écosystème ?
Tous les jours des baleines, des dauphins, des lions de mer, des tortues marines, des pélicans ou d'autres espèces meurent  dans l'indifférence la plus totale, et le massacre ne s'arrête pas aux côtes Japonaises puisque récemment c'est au Pérou que 500 lions de mer ont mystérieusement été retrouvés morts au nord de Lima, sans  aucune explication... se seraient ils enfuis en espérant trouver des eaux plus propres ? est ce l'exploitation pétrolière locale qui les as tués ? seraient ils victimes des pêcheurs ?
L’enquête est en cours pour tenter de savoir, comprendre, mais une chose est certaine, c'est que le "rayonnement" venant de Fukushima est en grande partie responsable des dégâts causés à la vie marine dans tout le Pacifique !
Plus grave encore, un expert mondialement reconnu - Arnie Gunderson - a récement déclarer que le pire était à venir, réexpliquant que les sols et les  eaux souterraines sont menacées par cette radioactivité qui continueront de  causer des problèmes de santé pour de nombreuses décennies, voir des siècles, d'autant qu les autorités continuent de jouer à l'autruche en  niant toute responsabilité et en se couvrant avec ces fameuses enquêtes qui ne font que gagner du temps aux responsables.

 

Le 4 Décembre 2014, la machine de ravitaillement du réacteur 5 (qui contient 548 assemblages de combustibles) a subit un dysfonctionnement, TEPCO a ainsi eu des difficultés pour retirer des combustibles, même d’un réacteur non dévasté... une alarme de chute de pression d’air s’est déclenchée lorsqu’ils ont déployé le mat de la machine de ravitaillement pour inspecter l’intérieur du réacteur 5.

 

Le 11 Décembre 2014: Un séisme de magnitude 4,3 s’est produit au pied du Mt Fuji selon la Japan Meteorological Agency, frappant la région des cinq lacs du Mt. Fuji à 15h07 local; L’épicentre se trouvait alors à 20 km de profondeur.

 

 

Le 17 Décembre 2014 TEPCO annonce une nouvelle fois qu'il a laissé échapper 6 tonnes d'eau extrêmement radioactive dans la nature... ils rapportent que c'était de l'eau traitée par ALPS (Advanced Liquid Processing System) et que la fuite s'est produite alors que l'eau était en cours de transvasement depuis ALPS vers une citerne de stockage.

C'est d'après eux un opérateur qui se serait trompé dans le branchement des tuyaux en faisant s'écouler l'eau par un tuyau ouvert, l'eau de la fuite a été absorbée à la fois par le sol et dans une tranchée.

Tepco affirme que les dernières analyses de la radioactivité montrent une radioactivité (dont du Strontium 90) entre 89.000 et 120.000 Bq/m³ mais ne donnent la radioactivité d'aucun nucléide.

Au 18 décembre 2014, ils ont récupéré 9 m³ d'eau extrêmement radioactive mélangée à des eaux de pluies et 5,7 m³ de sol, annonçant que ça n'a pas fuit dans la mer mais ceci sans prendre en compte l'eau absorbée par le sol. (source: ici )

 

Le 27 Décembre 2014 on rappelera que le gouvernement français a rangé le Japon dans la liste des “pays sensibles” depuis avril 2013 par le CNRS qui sur son dernier rapport disponible sur leur site ne parle que du “Japon” sans spécifier Fukushima !
Le même type de liste a été publié par la direction de l’École Centrale de Paris en mars 2014 et il y est clairement affirmé que “la préfecture de Fukushima est interdite”.

 

 

 Le 10 janvier 2015, un nouveau séisme majeur a frappé l’Est de Hokkaido le hier à 15h42 selon la Japan Meteorological Agency - Le séisme de magnitude 5,4 avait son épicentre à 120 kms de profondeur. En 2014, il y a eu 2.045 séismes perceptibles et toujours selon la Japan Meteorological Agency, la répartition des intensités sismiques s’est arrêtée exactement à la frontière Nord de la préfecture de Fukushima....

 

  

La province de Fukushima contrôle tous les sacs de riz produits localement avant de les mettre sur le marché, ainsi 10,75 millions de sacs ont été contrôlés en 2014 et pour la première fois depuis le début de la catastrophe, ils ont tous une contamination en césium inférieure à la limite de 100 Bq/kg pour les deux césium.
Ces contrôles ont débuté en 2012 après que les autorités régionales aient acheté 190 appareils de mesure à cette fin.
En 2012, 71 sacs de 30 kg ont dépassé la limite, en 2013, 28.
Les pratiques agricoles ont changé afin de diminuer la contamination en particulier avec des fertilisants qui sont utilisés pour réduire l’absorption du césium.

 

 

Le 26 Janvier 2015, TEPCO annonçait il y a quelques jours qu'il ne pourra pas purifier (comme promis et après avoir estimer que la totalité des eaux étaient sous contrôle pour pouvoir héberger les JO de 2020) la totalité des eaux radioactives avec ALPS (Advanced Liquid Processing System), pour la fin Mars 2015, et ce après avoir estimer et annoncer en décembre dernier que la capacité de purification serait de 3.760 m³ / jour à partir de janvier.
Ils reconnaissent désormais que la capacité de purification réelle n’en est que de 55 %... et on ne sait même pas s’ils pourront purifier toutes les eaux extrêmement radioactives qu’ils ont stockées.

Dans le même temps TEPCO déclare qu'une très forte radioactivité en césium-134/137 a été relevée dans un poisson de l’extérieur du port (à 3 kilometres) de la centrale de Fukushima.

Un échantillon est un bout de muscle repêché début décembre contenant plus du double de la dose limite de sécurité alimentaire du Japon...  La contamination radioactive est supposée se disperser dans le Pacifique... quant à la concentration dans les organismes, elle progresse !

 

 

Tepco rapporte le 2 mars 2015 que pour l’instant, pour tenter de mettre fin aux différentes fuites du mois dernier qui se sont écoulées dans le port de Fukushima, ils n’avaient rien de mieux que des sacs de sable et des feuilles de plastique bleu pour bloquer les eaux extrêmement radioactives s’écoulant vers la mer... il s’agit des eaux où ils avaient relevé 29,4 millions de Bq/m³ de Cs 134/137.
Selon Tepco, le 27 février 2015 ils ont installé des sacs de sable à 2 déversoirs, le 2 mars 2015, ils ont couvert le toit de feuilles bleues et les zones de jointure ont même été scotchées (ils ne disent pas comment ils prévoient d’évacuer les eaux retenues sur les feuilles de plastique).
Tepco affirme que même si les sacs sont remplis de zéolite, c’est une solution provisoire.
La majeure partie du toit du bâtiment du réacteur 2 n’a pas été examinée à cause de sa radioactivité trop élevée !

 

Le 4 mars 2015, TEPCO annonce une éstimation d'environ 420 000 000 Bq (420 millions) de radioactivité β (dont du strontium 90) la fuite dans le port de la centrale de Fukushima à cause de l’accident (seulement basé sur les propres hypothèses de Tepco).
Environ 6 jours après la fuite, la radioactivité β a grandement augmenté à la sortie du port, soit de 15 000 Bq/m³ à 24,000 Bq/m³.
Près du centre du port, ça a aussi augmenté de plus du double, soit de 24 000 Bq/m³ à 64 000 Bq/m3. On considère que, par jour, environ la moitié de l’eau du port s’écoule dans le Pacifique.
Il y a toutes les chances pour que toutes les eaux extrêmement radioactives soient parties dans le Pacifique dans les trois jours qui ont suivi l’accident.

 

Le 10 Mars 2015  TEPCO annonce qu’environ 750 tonne d’eau extrêmement radioactive se sont écoulées d’une retenue pour s’infiltrer dans le sol sans que la cause n'est pu être identifiée !
Il s’agit d’un “barrage” local qui entoure les citernes d’eau extrêmement radioactive, celles qui ont eu une fuite majeure alors que cette fameuse retenue est conçue pour retenir les eaux de pluie parce qu’elles se contaminent dès qu’elles arrivent au sol.
C'est dans la matinée du 10 mars 2015 qu'un employé de Tepco s’est aperçu que le niveau de l’eau était descendu de moitié pendant la nuit précédente, et à la suite d’une inspection, ils ont trouvé la fuite au pied d’une digue de terre et des bulles se formant à la jonction entre la base en béton et un caniveau.
Tepco a alors décidé de pomper les eaux encore retenues pour les transvaser dans une autre retenue, déclarant que la fuite a été absorbée par le sol et qu’elle n’est pas partie dans l’océan, sans autre précision...

 

 

Le 17 Mars 2015 TEPCO a annoncer que la radioactivité en Cs 134/137 des eaux contaminées retenues dans les fondations du réacteur N°1 augmentait depuis juillet dernier.

Le 4 mars 2015, Tepco a publié ses dernières données sur la radioactivité des eaux retenues dans le bâtiment de la turbine du réacteur 1, des eaux supposées être un mélange de liquide de refroidissement et d’eaux souterraines qui continuent d’entrer dans le bâtiment dévasté.

Le rapport (en Japonais) indique que la radioactivité était de 1.79 milliards de Bq/m³ dans un échantillon du 28 janvier 2015 alors qu'elle était de (1,67 milliards de ou encore de 1,46 M Bq/m³ en juillet, une courbe ascendante sans que jusqu'ici ne soit identifiée la raison de cette augmentation depuis 7 mois !

 

 

Le 20 Mars 2015, le ministère de la Santé du Travail et de l’Aide Sociale a déclaré qu’il allait arrêter de contrôler la radioactivité sur 20 types d’aliments dont le thé et les abricots japonais... cette nouvelle réglementation sera appliquées à partir d’avril prochain dans les 17 préfectures du Nord-Est japonais jusqu’à la région de Kanto; Il ne restera plus que 45 sortes d’aliments contrôlés _ Autre nouvelle, alors qu'actuellement, ils inspectent les fermes produisant du bœuf tous les 3 mois, ces contrôles vont se réduire à une seule fois par an.

D'autre part, interdites d’importation à Taiwan depuis le 30 mars 2011, des denrées en provenance des préfectures de Fukushima, Ibaraki, Gumma, Tochigi et Chiba, au Japon, ont été retrouvées sur les linéaires de certaines grandes surfaces. Leur rappel a immédiatement été ordonné, l’enquête montrant que l’étiquetage indiquant l’origine de ces produits avait été falsifié.

Les denrées litigieuses – principalement de la sauce de soja, des gâteaux, des nouilles instantanées et des condiments – ont notamment été trouvées dans des magasins AMart, Wellcome et Shing Kong Mitsukoshi.

Sur leur emballage, la mention de l’origine réelle des produits était systématiquement recouverte par des autocollants indiquant une autre origine. Une enquête a été ouverte pour identifier les responsables de cette fraude, a indiqué le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Chiang Been-huang .

L’Administration de l’alimentation et du médicament a pour sa part indiqué mener des inspections pour vérifier l’étendue du problème, elle a également saisi le ministère de l’Energie atomique pour analyser le niveau de radioactivité des denrées frauduleusement importées.

 

Le 31 Mars 2015, on apprends que les habitants du village de Okuma, non loin de la centrale de... Fukushima Daiichi sinistrée, sont en colère envers le  gouvernement qui envisage de déverser quelque 30 millions de tonnes de débris radioactifs (emballés dans des sacs en plastique... et laissés à l'abandon au beau milieu des rizières ou sur les parkings) récupérés après la catastrophe de Mars 2011 dans un complexe tentaculaire de déchets, qui selon le gouvernement, sera nettoyé et fermer d'ici  30 ans !!!

Et tous les jours des ouvriers travaillent avec de simples masques et combinaisons soit avec des jets à haute pression sur les maisons soit pour tenter d'enlever et nettoyer les débris de la catastrophe qui a eu lieu depuis 4 ans déjà, refermant des milliers de sacs plastiques ensuite entreposés en attente de...?

D'autres tentent de nettoyer les forêts de bambous aux alentours du site, en vain, car les sols sont radioactifs pour des siècles et des siècles !

 

Le 23 Aout 2015 et sans même que la presse ne s'en préoccupe, TEPCO annonce qu'hier, un autre travailleur de Fukushima est mort dans la centrale...il sagissait d'un travailleur sous-traitant qui a tout d'abord perdu conscience alors qu'il transportait du matériel pour les eaux extrêmement radioactive retenues à côté du bâtiment de la turbine du réacteur numéro 1; Il a été envoyé en ambulance à l’hôpital d’Iwaki Kyouritsu mais sa mort a été confirmé à 15h47. 

Depuis le début Aout, c'est le troisième (un est mort en sortant de la zone du mur congelé sans que la cause de sa mort ne soit établie et un autre est mort la tête coincée par le couvercle d’un camion-pompe) travailleur qui meurt dans la centrale.

 

 



29/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 274 autres membres

>